Voitures électriques, le monde à l’envers?

Toutes les villes luttent contre le bruit, mais l’Europe impose aux voitures électriques d’être sonores!


En effet, depuis le 1er juillet 2019, tous les véhicules électriques à quatre roues neufs, vendus dans l'Union européenne, devront émettre un bruit artificiel. Cette directive sera obligatoire dès le milieu de l’année prochaine (2021). Elle exige que les voitures électriques émettent un son à basse vitesse uniquement, à moins de 19 km/h. Cette exigence s’appliquera non seulement aux voitures électriques, mais aussi pour les véhicules hybrides et celles à hydrogène, toujours trop discrètes.

 

AVAS - Acoustic Vehicle Alert Systems.

Retenez bien cet acronyme, car vous allez désormais beaucoup en entendre parler s'agissant des véhicules électriques. L’AVAS ne devra pas excéder 75 décibels ce qui correspond au niveau sonore d'un moteur à combustion classique. Les constructeurs sont laissés libres de choisir la signature sonore de leur AVAS. Voilà qui pourrait à terme produire une cacophonie pas forcément plus agréable que le brouhaha des moteurs à essence. D'autant plus que l'AVAS pourra être adapté à la vitesse du véhicule ou à une action, par exemple lorsqu'un clignotant est enclenché.

Bon nombre de véhicules électriques disposent déjà d'un tel système qui peut être désactivé ou coupé, mais en 2021, tous les véhicules électriques devront en être équipés obligatoirement.

 

Attention, piétons!

La raison principale consiste en une attention très faible des piétons, dont une bonne partie a les yeux rivé sur leur écran de téléphone et se dirige « au bruit » pour traverser la route ! Les personnes non/mal-voyantes peuvent également courir un danger.

 

Qu’est-ce que cela signifie pour Porsche?

Plusieurs constructeurs se contentent d’un léger vrombissement. Chez Porsche, il en va autrement, car les amateurs d’auto sportives ont d’autres exigences. Ce sont donc des acousticiens qui se sont penchés sur le Taycan pour qu’on soit en présence d’une Porsche, et rien d‘autre.

Avec une astuce, l’utilisation de l’installation sonore intérieure pour flatter aussi les oreilles du conducteur, le Sport Sound, vendu en option. À l’instar de la Taycan, les Cayennes hybrides et les futures Macan hybrides (dont la commercialisation n’a pas été encore annoncée) devront subir le même sort, à savoir développer un AVAS qui reprendra le son typique « Porsche » nous l’espérons.

 

À quand une 911 Hybride sur nos routes?

Le développement avance, mais il faudra encore attendre. La 911 est une icône, néanmoins, cette future déclinaison devrait tout de même faire plaisir aux fans de la marque de Stuttgart. Depuis début 2020, Porsche travaille activement sur une 992 hybride. Ce n'est pas la première fois qu'une 911 à double motorisation voit le jour, mais c'est la première fois qu'une production en série est annoncée.

 

En 2010, déjà, Porsche avait développé une GT3 R Hybrid pour les 24 Heures du Nürburgring. Presque 10 ans plus tard, sa petite sœur sera lancée sur route ouverte. Mais le développement est une phase complexe pour une voiture, surtout pour une 911 qui est considérée comme un pilier de l'automobile.


Oliver Blume, le PDG de Porsche, s'est récemment exprimé en expliquant que "la plateforme de la 911 hybride est prête, nous possédons d'ailleurs des prototypes et c'est très amusant à piloter". Il y a de toute manière fort à parier que la 911 s'adaptera au marché et qu'une version hybride rechargeable verra le jour, ainsi qu'une version électrique.

La dernière grande question qui subsiste, c'est celle du poids. Une 911, peut-elle franchir la barre de 1800, voire 1900 kilos et garder sa sportivité et le plaisir au volant qu'elle véhicule ? Certes, on parle de quelque chose comme 700 chevaux puisque la 911 Turbo S E-Hybrid récupérera le moteur de la toute dernière Turbo S, mais le poids n'est jamais un allié et elle se devra d'être plus performante que la Turbo S.

Pour l'instant les réponses sont encore bien gardées par Porsche. Dans tous les cas, cette 911 hybride ne devrait pas pointer le bout de son nez avant 2022 voire 2023, lors du lifting de la 992.

 

Conclusion

Il est indéniable que le futur est à l’électrification du parc automobile, avec une dose plus ou moins grande selon les modèles, soit hybride soit totalement électrique. Les raisons de cette mutation sont multiples. Le nombre de clients croissant qui souhaitent rouler de manière « propre » principalement en Europe, une conscience écologique grandissante, la pression des gouvernements sur les constructeurs, à défaut de se voir imposer de fortes amendes et les malus pharaoniques que les clients doivent payer à l’achat d’une voiture à moteur thermique, dite très « polluante ».


Tous les constructeurs devront s’y mettre et Porsche, à l’instar de nombreux autres constructeurs de voiture de sport, ne fera pas exception, car l’entreprise a toujours su s’adapter aux nouvelles régulations et aux divers marchés, qui ne subissent pas tous les mêmes contraintes.


Le point positif de cette mutation réside dans le fait que l’électrification des modèles permet de générer des moteurs d’une puissance stratosphérique (Taycan Turbos S -> 560kW / 761 cv) pour les amateurs de sensations fortes. Beaucoup de questions restent encore sans réponse concrètes. À ce stade, il n’y a pas de signe (encore) chez Porsche d’abandonner totalement le mythique moteur thermique de la 911, mais il est une certitude, le train est en marche et il ne faudra pas le rater.

 

En route pour vivre pleinement votre passion!