Comment les Suisses ont mis Porsche sur la voie du succès ?

La Suisse et Porsche ont une relation très étroite, dès la fondation de la marque, la Suisse fut son tout premier marché. Cette relation se traduisit par l’achat effectué par des ressortissants helvétiques des premières Porsche. La toute première Porsche à moteur central, assemblée à Gmünd, en Autriche, la Porsche-Prototype No 1 (356/1-001) fut immatriculée le 8 juin 1948, portant la plaque d’immatriculation K 45.286, et vendue le même jour à l’entrepreneur suisse Rupprecht von Senger, qui avait vu un grand potentiel dans cette nouvelle marque automobile.

 

Avance financière

 

Dès 1947, lors du lancement de la production, von Senger a mis à disposition de Ferdinand Porsche un support financier déterminant, notamment en achetant à l’avance les pièces détachées et tôles légères d’origine suisse, nécessaires à la réalisation de la voiture, ce qui permit de lancer la firme. En contre-partie, il a obtenu le droit de pouvoir importer et vendre les 5 premières Porsche en Suisse, avec une option sur les 50 suivantes. Le contrat portait sur l’achat de la 356/01-001 et 4 coupés 356/2-001 à 004. Un mois plus tard, le 3 Juillet 1948, à l'approche du Grand Prix de Suisse, von Senger mettait sa 356/1-001 à la disposition des journalistes pour des essais sur le circuit de Bremgarten.

 

Salle d'exposition dans un hôtel de Zurich

 

Ferry Porsche est entré en contact avec l'hôtelier et concessionnaire automobile zurichois Bernhard Blank grâce à la médiation de von Senger. Blank a transformé une partie de son hôtel en salle d'exposition. En hiver 1948, il présente la première Porsche 356/2 Coupé.

Un an plus tard, Blank a entrepris des démarches afin d’assurer la présence de Porsche au Salon de l'automobile de Genève où un coupé 356/2 et un cabriolet 356/2 furent présentés.

 

 

De nombreux acheteurs des professions techniques

 

Ce n'est pas un hasard si les Suisses se sont intéressé à Porsche dès le debut. En effet, les premières 356 étaient avant tout un produit pour les gens qui s'intéressaient à la technologie, et ils étaient nombreux en Suisse. A l’origine, de nombreux acheteurs venaient des professions techniques: architectes ou ingénieurs. Ils appréciaient particulièrement l'aspect puriste de la voiture. Comparées à d'autres voitures de sport, les Porsche étaient plutôt simples car l’accent était mis principalement sur le plaisir de conduire. Fin 1949, 27 unités de cette voiture de sport fabriquée à la main avaient été vendues.

 

 

Les femmes et Porsche

 

La première vente de l'importateur Blank a eu lieu au printemps 1949. Une Porsche 356/2 cabriolet a été achetée par une dénommée Jolanda Tschudi de Zurich (photo). Elle est considérée comme la première cliente de Porsche au monde. En tant que pilote de planeur, Tschudi détenait le record suisse d'altitude de vol (5000 mètres). Dans la seconde moitié des années 1940, Jolanda participe régulièrement à des expéditions en Afrique. Lorsqu'elle est revenue en 1949, sa toute nouvelle Porsche l'attendait. Elle a effectué de nombreux voyages avec cette dernière jusqu'à ce qu'elle soit endommagée en route vers un camp de vol à voile.

 

A mentionner que des années plus tard, la Porsche 356/1-001 de 1948 fut également la propriété d’une femme, une suissesse dénommée Elisabeth Spielhofer, actrice et artiste, qui l’avait reçue en héritage.

 

Seuls les conducteurs fortunés pouvaient faire l’acquisition d’une Porsche, car un coupé coûtait 14 500 francs suisse et la version cabriolet 16 500 francs suisses ce qui représentait une somme importante à l’époque.

 

Plus récemment, en Chine, qui est devenu entre-temps le 1er marché mondial de la marque, toutes les 3 Porsche vendues le sont à des femmes. Dans ce pays, 42% des 911 sont conduites par des femmes.

 

 

Il n’en reste que trois

 

Mis à part la 356/1-001 qui se trouve au musée Porsche à Stuttgart, parmi les 4 premiers coupé acheté par von Senger, seul la 356/2-004 a survécu. De même, sur les 6 cabriolets « Beutler » produits au total, seul la 356/2-003 est encore « en vie ». Toutes deux, se trouvent dans un musée de Bâle en Suisse, qui possède donc les deux plus anciennes Porsche de série au monde.

 

Les cabriolets des Frères Beutler.

 

Les premiers 6 exemplaires 356/2 cabriolet ne furent en fait pas entièrement construites à Gmünd, mais à Thoune (Canton de Berne) par la Carrosserie des Frères Beutler. Les chassis y étaient acheminés et la carrosserie exécutée à la main, sur demande des clients.

 

L’histoire de la dernière 356/2-003 survivante  mentionnée ci-dessus est assez singulière. Elle fut tout d’abord livrée en Égypte au Roi Farouk en 1950, puis revenue en Suisse en 1952. Elle changea plusieurs fois de propriétaire, fut depuis 1960 la propriété d’une famille suisse de la région de Berne et se trouve actuellement dans un musée à Bâle.

 

Cette entreprise, disparue en 1987, mettait tout son savoir-faire à disposition d’une vingtaine d’autres marques également.

 

On rappellera donc que les six premiers cabriolets 356 sont estampillés «Swiss Made». Avec l’Autriche, l’Allemagne, la Belgique (356 Roadster D’Ieteren), l’Italie (356 Carrera GTL Abarth) et la Finlande (plusieurs Boxster et Cayman ont été construits chez Valmet à Uusikaupunki jusqu’en 2012), la Suisse est l’un des six pays où ont été construites des Porsche.

 

A ce jour, plus 50’000 Porsche sont immatriculées en Suisse. L’histoire d’amour entre Porsche et les Helvètes se perpétue toujours...

 

En route pour vivre pleinement votre passion!